Vous êtes ici: Page d'accueil > meditation2014

« Voici que je fais toutes choses nouvelles » Apocalypse 21

Ce temps d’Avent, si déroutant, comme un chemin pour aller où ? Vers qui ? Quelques mots « phares » en désignent l’Orient, au long de ces 4 semaines : appel, annonce, attente et veille, conversion et Joie.

Cela commence par un grand cri « Ah si tu déchirais les Cieux… les montagnes seraient ébranlées (…)  Voici que tu es descendu (…) tu viens rencontrer celui qui pratique avec joie la justice et se souvient de toi en suivant tes chemins »  (Isaïe 63) ; 

Renouer en nous-mêmes avec cet appel qui exprime si bien la  tension entre nos difficultés à croire et notre espérance ; nous mettre à l’écoute résolument de l’Alliance accomplie en Christ  « En lui, vous avez reçu toutes les richesses, toutes celles de la Parole et de la connaissance de Dieu.  (…)  ainsi aucun don de grâce ne vous manque, à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus-Christ »  (1 Co. 1, 3-9)

Comme une supplication le cri de Dieu résonne : « Consolez, consolez mon peuple » ;

C'est l'annonce d’un Dieu proche, tendre, patient, ardent « Voici le Seigneur Dieu ! … Comme un berger, …  son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur… » (Isaïe 40, 1-11) ; il vient « annoncer la bonne nouvelle aux humbles, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur délivrance, aux prisonniers leur libération, … » (Is 61) Jésus, adulte inaugurera sa vie publique par cette citation (Luc 4).

Ce Dieu surprenant veut avoir besoin de nous pour se faire connaître : « une voix proclame… »  «Elève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem… (Isaïe 40) ; « Voici que j’envoie mon messager  en avant de toi, pour ouvrir ton chemin » (Marc 1, 1-8)

Un témoin, Jean Baptiste, surgira et sera pleinement cette voix qui appelle à se préparer  à l’irruption de l’amour de Dieu « je suis la voix de celui qui crie dans le désert … au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas » (Jean 1).

Une conversion qui exige un engagement du croyant : « J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ?" (psaume 84) ; la fin du psaume chante la confiance retrouvée : la certitude que le projet de Dieu avance irrésistiblement vers son accomplissement.   "ce qu’il dit, c’est la Paix pour son peuple et ses fidèles … son amour est proche de ceux qui le craignent….    Amour et Vérité se rencontrent, Justice et paix s’embrassent ; la vérité germera de la terre et du ciel se penchera la justice. Le Seigneur donnera ses bienfaits et notre terre donnera son fruit. La justice marchera devant lui, et ses pas traceront le chemin » ; Cette Paix, conquête apparemment impossible pour l'humanité, est pourtant, toute la Bible nous le dit, notre avenir, à condition de ne pas oublier qu'elle est don de Dieu.

"Voici que je fais toute chose nouvelle"

N'oublions pas que c'est dans la discrétion absolue de la nuit de l'attente et de la veille que l'ange Gabriel est messager de Dieu auprès de Marie...  et que Dieu se fait mendiant du "oui" de celle-ci..  (Luc 1) "Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole" ;

n'oublions pas que c'est dans le silence du sommeil que l'ange Gabriel vient révéler au cœur de Joseph que Dieu est à l'œuvre et qu'Il a besoin que lui, Joseph prenne "chez lui" l'enfant-Dieu et sa mère.

Contemplons que c'est au cœur de la nuit et dans l'isolement d'une bourgade que Dieu vient au monde, entouré des membres les plus frustres de la société de l'époque... les bergers...

« Voici que je fais toute chose nouvelle »

Un chrétien est comme une boussole : il est tourné vers l’avenir…  un « a-venir » dont il peut être co-auteur et sujet -car nous le croyons- en Christ mort et ressuscité, tout est déjà accompli ;  l’humanité est enfin capable dans l'un des siens d’être pleinement accordée à l’Amour et à la Volonté du Père et de choisir l’amour, la douceur, le pardon, la solidarité, le partage.

Et cela advient d’abord par l’étonnement et la déroute d’un Dieu qui se fait « petit enfant », abandonné, livré dans nos cœurs et entre nos mains… celui que nous contemplerons à la crèche.

Alix Clairambault

 

 

Adoration des bergers

Francisco de Zurbaran (1598-1664)